A l'attention de Madame JOUANNO

Secrétaire d'Etat à l'Ecologie

Madame la Ministre,

J'ai lu avec attention votre programme parisien pour les régionales paru dans le journal « 20 Minutes »  du 21 janvier 2010.

D'après l'article, votre programme comporte 3 priorités :

- vie quotidienne,

- écologie populaire,

- épanouissement à Paris.

Il semble  répondre parfaitement aux attentes d'un quartier populaire du 20è arrondissement de Paris.

Dans l’hypothèse où vous n’auriez pas eu connaissance de cette situation, je vous informe que depuis le 26 septembre 2009, les riverains du dépôt de bus (120 bus) à ciel ouvert, sis 103 Cours de Vincennes –au milieu d’une habitation dense-, souffrent des nuisances sonores et vibratoires (nocturnes et diurnes) engendrées par les entrées et sorties des 120 bus, 21h/24, 7j/7, et particulièrement la nuit de 22h à 3h, et de 5h à 8h.

Les bruits de moteurs, d'accélération, de klaxons, de crissements de freinage, des interpellations entre les machinistes, d’activité de 2 ateliers de maintenance (hangar + tente) et des extracteurs d’air mécanique du hangar de maintenance (fonctionnant 24h/24), perturbent notre sommeil, et menacent notre santé.

Pour tenir le coup et compenser le manque de sommeil, les adultes alternent entre les somnifères et les boules Quies! Cette solution ne peut perdurer pendant la durée de l’exploitation de ce centre prévue pour 4-5 ans.

Sans oublier, l’impact potentiel sur la santé de nos enfants?

Aux nuisances sonores, s’ajoute la pollution de l’air par les gaz d’échappement des 120 bus!

Face à nos plaintes continues depuis le début de l'exploitation de ce centre de bus, les responsables de ce dépôt -  Département des Espaces et du Patrimoine (département ESP) de la RATP - ont formulé depuis peu aux riverains les propositions suivantes :

  - de renforcer l'isolation phonique des fenêtres des chambres à coucher des appartements les plus exposés aux bruits. D’après ces responsables, l’isolation phonique des fenêtres permettrait de réduire les nuisances sonores de 10 dB à l’intérieur de la chambre, à condition que la porte et les fenêtres de la chambre soient…fermées!

C’est une cellule de prison complètement hermétique que ces « responsables » nous proposent !

 

- de renforcer partiellement l'isolation phonique du « mur antibruit » qui est actuellement constitué de 2 palissades en bois (4m de hauteur) : 350 ml d’un côté et 95 ml de l’autre.

Ces « responsables » proposent de mettre un produit isolant sur 150 ml/350  et 95 ml/95 des 2 palissades en bois, ce qui permettrait de réduire, d’après eux, 3 dB à l’extérieur.

Le relevé des bruits en décembre 2009 indique des émergences jusqu’à 70 dB, or le seuil critique selon l’OMS est de 55 dB!

- de mettre un piège à son sur les extracteurs d’air de l’atelier de maintenance.

Conclusion : ce remède partiel et insuffisant concerne seulement une partie des riverains (cad la copropriété 104-112 rue des Grands Champs), mais ne règle pas le problème pour les autres (13-15 passage de Lagny, 7-9 bd Davout, 11-13 bd Davout, 105 Cours de Vincennes). En outre, ce « remède » condamnerait les résidents Grands Champs à vivre avec des pics d’émergence à 65-67 dB.

Par ailleurs, aucune proposition n’a été effectuée concernant  la pollution de l’air par les gaz d’échappement des 120 bus !

Pour l’heure ces propositions n’ont toujours pas reçues de mise en œuvre concrète. Aucun dispositif n’est mis en place sur le terrain !

 

Ces propositions bien qu’insuffisantes du département ESP de la RATP, assorties  en contre partie de la signature d’un « protocole d’accord transactionnel», condamneraient les riverains, d’une part, à rester cloîtrés chez eux quelque soit la saison, la température, et d’autre part à renoncer à tout « recours ultérieur sur nuisances »!

Depuis 26 septembre, nous n’arrêtons pas de signaler aux responsables de la RATP nos souffrances et nous avons l’impression de nous heurter à un mur d’incompréhension!

Que peuvent les petits gens d’un quartier populaire face à cette grande entreprise publique omniprésente et omnipuissante dans ce quartier du 20è qui est la RATP?

Comment ce dépôt de bus à ciel ouvert, à proximité des habitations (1 à 30 mètres), a pu obtenir le permis de construire au mépris de l’urbanisme et de l’environnement, et ce sans aucune protection prévue pour les riverains?

Nous entendons des discours sur l’écologie, sur le développement durable, sur le respect des valeurs républicaines etc, mais nous avons l’impression que ces préoccupations sont réservées aux beaux quartiers où résident des gens de pouvoir.

Madame la Ministre, nous vous invitons à venir chez nous, accompagnée des responsables de la RATP pour constater et vivre nos souffrances in situ.

Madame la Ministre, notre résistance a atteint ses limites, nous n’en pouvons plus d’endurer quotidiennement ces nuisances sonores de 50 à 70 dB. Nos nerfs commencent à craquer et influent sur notre vie professionnelle et familiale.

Nous demandons d’urgence votre intervention en tant que Responsable de l’Ecologie de la France, afin que nos souffrances cessent.

Pour le Collectif Nuisances RATP Lagny-Plaine-Pyrénées

 

 

Paperblog